Neede Génération

Mettre les jeunes au cœur des grandes décisions

Il s’agit pour nous de répondre favorablement à une demande des jeunes, de participer aux grandes décisions sociétales et ainsi de mieux prendre en compte leurs opinions, dans le débat sur l’environnement, alors que se joue leur avenir et que leurs appels à la mobilisation pour celui-ci s’accentuent de jour en jour dans le monde.

Des centaines de milliers de jeunes suivent le mouvement de « grève scolaire », lancée par la Suédoise Greta Thunberg. Plus de1 700 villes dans 112 pays sont mobilisées. Il est primordial de les entendre. De les écouter.
Un Conseil de jeunes, appelé « NEEDE Generation » intégrera ainsi, par lebiais d’un représentant, le Conseil d’Administration de Méditerranée 2022 puis de la Fondation Méditerranée.
Les jeunes de « NEEDE Generation » pourront émettre un avis sur toutes les décisions stratégiques portées devant le Conseil d’Administration, formuler des propositions, et leur représentant aura un pouvoir de vote plein et entier au Conseil d’Administration. « NEEDE Generation » sera composé de jeunes de 9 à 25 ans de toute la France, dans un premier temps.

Une jeunesse mondiale se mobilise pour la planète


Madelaine Tew

États-Unis© Photo-YONA HELAOUA
« Soit nous prenons des mesures maintenant, soit les jeunes devront sacrifier leur niveau de vie pour réparer les dégâts causés par les industries fossiles et les générations précédentes. »

Ellyanne Wanjiku Chlystun

Kenya© Photo-KENYACOLLECTIVE/ CHILDREN WITH NATURE
Cette «éco-guerrière» kényane areçu le prix Eco-Warrior du tourisme écologique au Kenya. Du haut deses huit années, elle a déjà planté469 arbres , seule ou avec ses amisdes 56 écoles du comté de Nairobi, impliquées dans un programme de plantations d’arbres et de protection de l’environnement.Elle est la figure de Children With Nature, rare ONG où l’on trouve des enfants militants de l’action climatique.


Louise Perret-Michaux

France© Photo-STÉPHANIE LAMBERT
« L’inaction qui met en péril monfutur. Les glaciers qui fondent, les espèces qui disparaissent. Migrations. Surpopulation...Ça va être une catastrophe: les gouvernements doivent agir. Sans l’implication des gouvernements, on ne pourra rien faire changer, c’est triste. »

Luisa Neubauer

Allemagne© Photo-MARLIN HELENE
« Le sujet est tellement existentiel ! ». L’Allemagne est très loin d’être pionnière en matière de politique climatique. Je suis heureuse de voir le retentissement du mouvement des jeunes pour le climat, mais je reste toutefois inquiète pour l’instant, cela ne change rien pour la planète. À chaque scrutin électoral, chaque parti doit expliquer quelles sont ses solutions pour pouvoir résoudre à ce qui est la plus grande crise de l’humanité».


Atte Ahokas

Finlande© Photo-CHRISTELLE GUIBERT
« Nous voulons que les politiciens comprennent à quel point la situation est critique. Nous devons prendre le problème à bras-le-corps, maintenant. Nous exhortons les décideurs à agir».


Barbara Pereira

Portugal© Photo-MARYLINE DARCY
« L’environnement n’est pas une question d’âge, mais d’urgence. La terre c’est notre maison commune,il faut en prendre soin. Je n’étais pas militante, mais je le suis devenue. Sur l’environnement, on ne sait rien en fait. Alors je m’informe... Et on n’a plus le temps d’attendre... »


Greta Thunberg

Suède© Photo-MICHAEL CAMPANELLA
Tant que vous ne commencez pas à vous concentrer sur ce qui doit être fait, plutôt que sur ce qui est politiquement possible, il n’y a aucun espoir.


Adélaïde Charlier

Belgique© Photo-JENNIFER BODEREAU
« J’ai peur pour mon futur. Cettepeur que nous n’avons jamais eu auparavant. Avec ma famille, nous avons vécu cinq ans au Viêtnam. J’ai vu les dégâts du dérèglement climatique avec des plages avalées par l’océan, le Mékong qui engloutit les terres, la migration climatique vers les villes ».