Le constat

La Méditerranée : un constat alarmant

Déchets plastiques et médicamenteux, urbanisation, pollutions agricoles, rejets d'hydrocarbures...

Durant les deux dernières décennies, la surface de la Méditerranée s’est élevéede 60 mm, accompagnée d’une acidification significative des eaux. Avec la fonte des glaciers, la hausse du niveau de la mer va encore s’accélérer et touchera une très large population localisée sur les côtes par des inondations côtières importantes.Selon l’IMBE (l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine)la température annuelle dans le bassin méditerranéen a déjà augmenté de 1,4°C depuis l’ère préindustrielle, soit 0,4°C de plus que la température globale.

Alors que le quatrième rapport du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du Climat) relève, quant à lui, que les écosystèmes méditerranéens, porteurs d’une biodiversité importante et vulnérable, seraient parmi les plus menacés par l’évolution annoncée du climat et la pollution. Dans le cas du scenario du laisser-faire, en moyenne près de la moitié de la biodiversité de la région sera perdue.


Parmi les conséquences prévues du réchauffement des températures terrestres :

  • Surexploitation de l’eau
  • Sécheresse et désertification
  • Vagues de chaleur
  • Raréfaction de l’eau potable
  • Érosion de la biodiversité marine et côtière
  • Hausse du niveau de la mer et disparition de surfaces côtières
  • Baisse de la productivité agricole
  • Baisse de la pluviométrie
  • Augmentation de la fréquence et de la violence d’événements météorologiques extrêmes
  • Augmentation des maladies infectieuses


Le constat